GoodNews #16 - Améliorer la communication interne de son entreprise avec des outils simples

Aujourd’hui, les entreprises ont compris l’importance du bonheur au travail pour construire une marque employeur forte et attirer de nouveaux talents. De plus en plus de classements influençant l’image des entreprises font apparition, comme “Les entreprises où il fait bon travailler”, “les meilleurs employeurs de France”, d’où la nécessité des entreprises de chouchouter leurs employés! Cela passe par des locaux agréables ( avec des produits The Good Corner;) ), mais également par le fait d’écouter les besoins des salariés et d’y répondre! D’autant plus que seulement 48% des salariés français se disent satisfaits de la communication interne au sein de leur entreprise... !

The Good Corner vous présente alors aujourd’hui une sélection d’applications facilitant la communication interne, pour le bonheur de tous au bureau!

 

Hivy

 

Hivy est une application qui a été conçue afin de faciliter la communication interne et la vie des office managers. Le principe: Depuis un ordinateur, un Ipad ou un Iphone, chaque employé peut faire remonter aux office managers toute sorte de problèmes dans le bureau (Fuite au premier étage, fenêtre cassée …) ou besoins (prévenir qu’il n’y a plus de café, demander une nouvelle souris d’ordinateur...). Du côté des office  managers, les demandes remontent dans un dashboard unique où ils peuvent gérer toutes les demandes qui ont été effectuées. Ils peuvent l’accepter ou non, ajouter des commentaires, prioriser des tâches ... L’application permet alors d’organiser la vie du bureau tout en restant à l’écoute des employés. De quoi augmenter le bien-être de tous au travail !

 

Supermood

 

La start-up Supermood est la solution pour récolter les feedbacks des salariés et ainsi améliorer la vie en entreprise ! Elle envoie toutes les semaines des sondages anonymes aux salariés d'une entreprise pour évaluer leur bien-être. Ce sondage est composé de trois questions (comme par exemple “Comment vous sentez-vous au travail?”, “Êtes-vous reconnu(e) pour vos performances professionnelles?”), et les réponses sont anonymes. Supermood analyse ensuite ces données et identifie les problèmes à régler ou les points à améliorer, avant de les transmettre à la direction.  Facile d’utilisation, l’application permet de recréer du lien au sein de l’entreprise et de vraiment dire ce que l’on pense, afin d’avoir un environnement de travail meilleur !

 

Slack

 

L'application Slack permet de centraliser et de faciliter les échanges en entreprise. Aujourd’hui, les employés doivent traiter une quantité importante d’informations et pour cela, ils utilisent une multitude de services tels que Asana, Basecamp, Dropbox… Mais ces outils donnent des informations sur différentes plateformes, c’est pourquoi cela devient difficile et chronophage de  maintenir toutes ces activités. Slack permet alors de collecter sur une unique plateforme travaux, liens et conversations provenant d’une trentaine de sources différentes telles que Twitter, DropBox, Google Drive, Asana, ... ainsi que différents messages instantanés.  L’avancement des différents projets est alors facilité et la surcharge de courrier électronique est bien réduite ! Grâce aux nombreuses intégrations de sources, toute l'équipe est au courant de ce qui se passe dans l'entreprise, favorisant ainsi la communication interne et une meilleure transparence !

GoodNews #15 - L'été au bureau

Nous sommes en plein mois d’août. La chaleur est étouffante, l’open space est à moitié vide et vos amis vous narguent avec leurs photos de vacances sur les réseaux sociaux. Il est vrai que la plupart du temps, on ne se sent pas chanceux de passer l’été au bureau et on a l’impression de rater ses vacances au bord de la mer. Mais prendre ses vacances à un autre moment de l’année comporte quelques avantages que vous ignorez sans doute ! Une étude menée par Bird Office auprès de 1120 personnes a montré les divers changements de rythme au travail entre l’été et le reste de l’année et les avantages à passer l’été au bureau. Et ce n’est pas pour nous déplaire!

 

Un rythme de travail plus détendu.

Chaleur, effectifs plus réduits, clients moins nombreux … Tout cela mène à une ambiance de travail plus détendue. D’ailleurs, 39% des personnes interrogées trouvent le patron “plus cool” qu’en temps normal ! Cela se ressent également dans les codes vestimentaires, puisque 70% des salariés avouent s’habiller de manière plus décontractée. Bye bye les escarpins et le tailleur!

Niveau déjeuners, 70% des interviewés prennent des pauses déjeuners plus longues. Profitez-en pour faire des pauses en terrasse avec vos collègues avec qui vous n’avez pas l’habitude de parler, organisez des déjeuners … Le stress laissé de côté, rester au bureau l’été n’est finalement pas une si mauvaise idée!

L’été n’est pas très bon pour les réunions puisque pendant cette période, seulement 20% des salariés admettent qu’elles sont efficaces! Cela est majoritairement dû à un manque général de motivation (40%), trop d’absents (49%), et à une chaleur étouffante dans la salle de réunion (31%).

 

Des horaires plus souples

L’été, 46%  des salariés avouent quitter le travail plus tôt et ce plusieurs fois par semaine… Chose qui semble impossible en temps normal ! Qui dit moins de monde dans l’entreprise dit également une plus grande liberté dans le choix de vos horaires. Vous n’êtes plus forcément obligé d’avoir des horaires calées sur celles de vos collaborateurs, alors essayez de vous rendre sur votre lieu de travail plus tôt afin de pouvoir profiter des terrasses ensoleillées en fin d’après midi! De plus, avec un espace de travail plus calme et moins de sollicitations de la part de vos collègues et des clients, vous êtes plus efficaces dans ce que vous faites. L’été on dit donc adieu aux soirées interminables à finaliser un dossier! Permettez-vous de vous écouter et de prendre le rythme qui vous correspond le mieux !

 

On remet les compteurs à zéro avant la rentrée

Si vous avez eu une année professionnelle particulièrement chargée, profitez d’avoir un peu de temps libre pour tout mettre à jour; L’activité de l’entreprise étant en baisse durant la période estivale, profitez de l’été pour rattraper vos projets en retard, comme le font 35% des salariés. Quoi de plus agréable que de commencer une nouvelle saison dans de bonnes conditions alors que vos collègues doivent rattraper leur retard pris pendant leurs vacances ?

 

o-NETTOYAGE-BUREAU-facebook.jpg

On sait à quel point il est désagréable de travailler sur un bureau où règne le chaos…

Alors essayez également de faire un grand tri dans vos dossiers et vos mails accumulés depuis des mois, vous y verrez plus clair. De quoi aborder la rentrée de manière sereine!


Comme quoi passer l’été au bureau n’est pas si fastidieux qu’on ne le pense; chez The Good Corner, on continue à livrer une très grande partie de nos clients l’été et on ne ferme pas un jour de l’année !

GoodNews #14 - 5 activités de team building pour une ambiance top au bureau!

La cohésion entre collaborateurs au sein d’une entreprise est indispensable au bon fonctionnement de celle-ci. Il n’y a rien de pire qu’une mauvaise ambiance ou une mauvaise communication entre collègues, qui nuisent alors à la motivation générale et peuvent entraîner une contre-performance. Aujourd’hui, il existe plusieurs solutions afin d’améliorer les relations et l’esprit d’équipe au sein d’une entreprise: les activités team building, qui se déroulent généralement dans un cadre totalement différent du cadre professionnel des salariés. The Good Corner vous en présente quelques unes afin d’avoir une ambiance top au bureau!

  • Organisez des afterworks!

        Plus décontracté que le coin fumeur, la cafet ou le séminaire, l’afterwork a un rôle d’intégration et permet de souder les équipes, ce qui stimule alors le travail d’équipe et la motivation au sein de l’entreprise. Il peut se décliner en plusieurs versions: une fois par semaine ou une fois par mois, dans le même bar ou avec des adresses tournantes proposés par les salariés, en petit comité dans le bar du coin  ou avec tout l’étage sur une piste de danse… de quoi satisfaire toutes les envies et les divers codes des entreprises ! Pour ceux qui sont pressés ou qui n’ont pas d’idées pour un lieu sympa, la start-up YouShould permet de privatiser ou réserver un bar gratuitement parmi une large sélection de lieux. Vous pouvez consulter la fiche de chaque établissement, avec les horaires d’ouverture et les avis d’autres utilisateurs, pour ensuite réserver ou privatiser le bar de votre choix .Organiser un afterwork devient alors simple et rapide!

 

  • Faites du sport!

     Rien de mieux pour se vider la tête et s’amuser entre collègues ! Bowling, rafting, courses de karting,  bateau… vous avez l’embarras du choix!  Les activités les plus efficaces sont celles qui se jouent plus pour le plaisir que pour la gagne, et bien sûr de manière collective: le bateau semble alors idéal, puisque les collaborateurs devront bien communiquer entre eux afin de le manœuvrer de manière synchronisée. Vous pouvez également organiser d’autres types d’activités sportives, comme la course à pieds ou le VTT: ces sports d’endurance sont bien connus pour renforcer l’esprit d’équipe,  car l’entraide entre participants sera indispensable pour que chacun puisse atteindre la ligne d’arrivée.

     S’il vous est impossible de sortir à l’extérieur, de nombreux sites proposent aujourd’hui des séances de sport directement au bureau: zumba, yoga, méditation… parfait pour une détente entre collègues avant de retourner au travail!

 

  • Faites des activités ludiques !

     Cours de cuisine, d’oenologie, de dessin, de musique … de très nombreuses activités permettent de se détendre et de passer un bon moment entre collègues ! Un participant se débrouillant bien pourra aider les autres, améliorant ainsi la communication et l’esprit d’équipe.  

      Si vous voulez une activité team building qui sort de l’ordinaire, la start-up  Collock se propose d’organiser un Escape Game nomade:  un jeu en équipe qui allie logique, réflexion et collaboration. Le principe est simple : être enfermé dans une pièce pendant un temps limité et s’échapper en résolvant des énigmes en équipe. Un nouveau concept de divertissement idéal pour amener les joueurs à communiquer, collaborer et interagir dans un univers immersif!
 

  • Organisez des parties de poker !

       Si vous voulez allier convivialité et esprit de compétition, le poker est idéal. Ce jeu permet de développer les capacités de prise de décision en fonction de la stratégie de votre adversaire, de ses objectifs et de son comportement. De plus, il permet d’instaurer une rivalité amicale qui soude les participants, ce qui est forcément bénéfique pour l’entreprise. Le grand avantage du poker réside surtout dans le fait qu’il met tout le monde sur le même pied d’égalité. Plus de hiérarchie, nous sommes tous égaux et chacun peut bluffer, charrier … Et puis, qui n’a jamais rêvé de battre son patron au moins une fois ?:)

 

  • Vive les sensations fortes !

     C’est en partageant les mêmes joies, mais aussi les mêmes peurs que la cohésion d’équipe se crée. Emmenez votre équipe faire par exemple du saut à l’élastique ou du parachute: le fait de dépasser ses peurs ensemble permettra de souder les collaborateurs !

 

 

 

Sources:

 

http://www.3hcoaching.com/entreprise-performance/5-activites-de-teambuilding-pour-renforcer-la-cohesion-dequipe/

http://blog-santeautravail.com/ameliorez-la-performance-au-travail-avec-team-building/

http://www.cosmopolitan.fr/,l-afterwork-j-y-vais-ou-j-y-vais-pas,2134,1001137.asp

http://www.woozjob.com/fr/blog/team-building-motivation-et-cohesion-d-equipe

 

 

GoodNews #12 - Nos conseils pour bien déjeuner au bureau

     Aujourd’hui, manger sur le pouce au bureau est devenu monnaie courante. En effet, alors que la pause déjeuner durait 1h30  dans les années 90, elle est aujourd’hui d’environ 22 minutes ! C’est pourquoi on a tendance à manger vite et pas vraiment équilibré, ce qui favorise les envies de grignotage vers 16h. De plus, la pause déjeuner est un moment de décompression indispensable ! Aujourd’hui, The Good Corner vous donne alors quelques conseils pour rendre cette pause déjeuner agréable et attaquer l’après midi avec plein d’énergie !

 

  • Prenez votre temps pour déjeuner !

     Malgré le stress et le travail qu’il vous reste à faire, lâchez vos dossiers et accordez-vous une vraie pause de 30 minutes minimum. Cela vous permettra d’être plus efficace dans votre travail l’après midi. Il faut également savoir que la sensation de satiété n’arrive qu’un quart d’heure après le début du repas. Si vous mangez trop vite,  vous aurez forcément faim quelques heures plus tard, ce qui assurera du grignotage !

  • Choisissez le bon endroit

     Choisissez un lieu où vous pourrez déjeuner dans un endroit calme et à une allure normale. Si vous êtes obligé de rester à votre poste de travail, éteignez votre ordinateur et mettez les dossiers au coin de la table. Interdit de manger en travaillant ou en pianotant sur son téléphone ! Le déjeuner doit être une vraie pause pour vous permettre de rester concentré toute l’après-midi. De plus, lorsque l’on déjeune en faisant quelque chose d’autre, on ne se rend même pas compte de ce que l’on mange, ce qui réduit la sensation de satiété.

  • Préparez votre repas la veille

emporter-son-dejeuner-au-bureau.jpg

      A midi, lorsqu’on a faim, on est souvent tentés de manger n’importe quoi. L’idéal est de préparer son repas la veille, après dîner : une fois rassasié, vous serez moins tenté par des recettes trop grasses, trop sucrées ou par des proportions trop importantes. Pour le transporter, on choisira une boîte bien hermétique et adaptée pour passer au micro-ondes.

     Composez votre déjeuner de manière équilibrée. Un repas devrait être composé de :

  • Une portion de protéines : viande, poisson, légumineuses ou oeufs

  • Une portion de féculents : pâtes, riz, pommes de terre, morceau de pain

  • Des légumes, qui doivent représenter 50% de votre assiette

  • 10g de matière grasse, soit l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile ou de beurre.

  • Un produits laitier: une portion de fromage ou un yaourt.

      Le déjeuner doit être assez nourrissant afin d’éviter les grignotages intempestifs de l’après-midi, alors ne vous limitez pas à une petite salade de crudités ou un mini-sandwich !

  • On limite les dégâts lorsqu’on déjeune à l’extérieur

     Ce midi, vous n’avez rien amené pour déjeuner et coïncidence, vos collègues vous proposent de manger à l’extérieur … Burger, kebab, sandwich : ces repas ont la particularité d’avoir une teneur élevée en matières grasses et des ingrédients peu variés. Pas question d’en manger tous les jours mais vous pouvez de temps en temps vous permettre un petit écart ! On cherche alors les produits les plus simples : un sandwich thon-crudités à la boulangerie, les rouleaux de printemps et les légumes sautés du restaurant asiatique, la salade composée du fast-food ou encore un kebab sans sauce, accompagné à chaque fois d’une bouteille d’eau, peuvent vous aider à limiter les excès tout en passant un moment convivial avec vos collègues !

 

  • Organisez des repas entre collègues

     

Le principe : une fois par semaine, quelqu’un cuisine et rapporte un petit plat pour toute l’équipe, comme une quiche par exemple. Un véritable moment de partage et de convivialité, qui permet également de bien déjeuner au bureau !


 

  • Des snacks oui, mais pas n’importe lesquels !  

     A 16h, on a souvent le ventre qui gargouille et l'envie irrépressible de se jeter sur un paquet de gâteaux. Au lieu d'assouvir cette envie et de faire le plein de calories, prenez plutôt un fruit ou nos snacks healthy et gourmands présents dans nos corners suivant vos envies!

- Un fruit : il vous donnera les vitamines nécessaires si vous n'avez pas pu en manger à midi.

- Une poignée de fruits secs : Ils ont un véritable effet de satiété! De plus, ils permettent de lutter contre le mauvais cholestérol, participant ainsi à la réduction du risque de maladies cardio-vasculaires.

- Un snack healthy et sympa sélectionné par nos soins et issu d’une start-up innovante, qui vous permet de découvrir de nouvelles saveurs !

 

Sources: 

https://immobilier.jll.fr/blog/article/bien-dejeuner-au-bureau-l-art-du-work-food

https://immobilier.jll.fr/blog/article/comment-faire-rimer-pause-dejeuner-et-repas-equilibre-au-bureau

http://www.francesoir.fr/lifestyle-vie-quotidienne/5-conseils-pour-manger-au-bureau

http://www.lefigaro.fr/vie-entreprise/2011/09/27/09008-20110927ARTFIG00723-la-pause-dejeuner-se-reduit-comme-peau-de-chagrin.php

http://today.wecook.fr/les-4-conseils-pause-dejeuner-equilibree/

 

GoodNews #11 - La bonne ambiance au travail

Il est toujours plus facile de travailler dans une bonne ambiance que dans un environnement froid et morose. De plus, il semblerait que les moins de 35 ans cherchent avant tout une bonne ambiance au travail qu’un bon salaire ! Nous vous avons réuni quelques ingrédients primordiaux pour une bonne ambiance au travail :

 

  1. La communication :
    Évitez les mails pour des échanges informels et pour communiquer avec des personnes qui sont proches de vous. Restez à l’écoute de vos collègues et favorisez au maximum le dialogue pour éviter de créer des situations de tensions.

  2. Créez des moments conviviaux :
    Petits déjeuners une fois par semaine au travail, ou apéro entre collègues à l’occasion d’un match de foot, ou simplement allez déjeuner tous ensemble comme nous le faisons chez The Good Corner ! Ce sont des petits moments qui mettent tout le monde de bonne humeur et créent une bonne ambiance au sein de l’équipe.

 

  • Mettez en place des espaces de repos et de détente :
    De nombreuses entreprises l’ont compris et possèdent déjà chez elle des espaces de détente tels que des transats, salle de sieste, babyfoot, table de ping-pong ou plus simplement un corner de fruits, fruits secs et snacks !
2442146122_e5e1b34685_b.jpg

 

  • Laisser sa mauvaise humeur et le négatif au placard :
    Si un jour vous êtes de mauvaise humeur, il convient de laisser ses problèmes chez soi et de ne pas répercuter son mal-être sur son équipe.
    La mauvaise humeur étant communicative, elle pourrait se propager très rapidement et avoir des effets ravageurs sur la dynamique de travail des différents collaborateurs. Éliminez aussi le négatif : la critique permanente permet rarement d’obtenir ce que l’on voudrait, en revanche elle cause invariablement du ressentiment.

 

  • Faites en sorte que tout le monde se sente important :
    Il est important que les employés se sentent à leur place et importants dans l’entreprise, pour bien coopérer tous ensemble ! N'oubliez jamais de fêter les anniversaires de vos collaborateurs par exemple, c'est toujours l'occasion de partager un gâteau entre collègues...

 

 

Sources :
http://blog.bird-office.com/blog/2016/04/28/5-ingredients-bonne-ambiance-entreprise/
http://www.capital.fr/carriere-management/dossiers/71-conseils-pour-etre-plus-heureux-au-travail-523471/14-conseils-pour-mettre-une-bonne-ambiance-sur-son-lieu-de-travail
http://www.ciel-mon-bureau.fr/une-bonne-ambiance-au-travail-5-conseils-aux-managers-1338
https://fr.express.live/2011/11/30/11-recommandations-pour-batir-une-bonne-ambiance-de-travail-exp-157197/

 

GoodNews #9 - 7 Conseils pour augmenter votre productivité au travail

Pour se sentir productif au travail il suffit parfois de changer de petites choses, voici nos conseils pour augmenter votre productivité au travail : 

  • Tout le monde n’a pas une mémoire extraordinaire, notez et triez ce que vous avez à faire et vos objectifs. Concentrez-vous sur ce qui est le plus important, et ne vous encombrez pas l'esprit des tâches qui viendront plus tard ! 
  • Pour être davantage productif il faut savoir quels sont les résultats à atteindre, et chercher des gens qui les ont déjà atteints pour s'inspirer de méthodes qui ont déjà fait leurs preuves pour obtenir des résultats.
  • Pour augmenter la productivité de votre équipe il est important d’organiser de temps en temps des événements de “team building” qui permettent aux membres de votre équipe de se détendre tout en tissant des liens. Par exemple vous pouvez organiser des petits déjeuners d’équipe les vendredi matin, ou bien installer une table de ping-pong.
  • Essayez la technique Pomodoro : cette technique consiste à se concentrer pendant 25 min sur une unique tâche sans s’interrompre, après ces 25 minutes vous faites une pause de 3 à 5 min puis vous recommencez à travailler durant 25 min. Après avoir répété ce cycle 4 fois, vous pouvez faire une pause plus longue de 15 à 30 min. 
  • Une étude menée par les scientifiques J.G. Fox et E.D. Embrey  montre que travailler en musique rend plus productif ! Le jazz, la musique classique et les musiques de jeux vidéos seraient celles qui fonctionneraient le mieux.
  • De nombreuses études montrent que l’environnement de travail a un rôle important sur la productivité au travail. Les employés qui se sentent bien dans leurs locaux seront plus efficaces.
  • Les services proposés aux employés, tels qu'une cantine, une salle de sport ou encore des en-cas gratuits améliorent la productivité des salariés et créent un véritable sentiment d’appartenance à l’entreprise.

GoodNews #8 - 9 Chiffres incroyables sur le bonheur des employés

Ces statistiques montrent encore une fois que le bonheur des employés fait le bonheur de l'entreprise !

 

Sources : 

https://www.officevibe.com/blog/infographic-friends-at-work
http://www.usatoday.com/story/money/2015/09/16/study-says-snacks-affect-happiness-at-work/72259746
http://content.time.com/time/magazine/article/0,9171,2019628,00.html
http://blogs.wsj.com/source/2011/09/18/the-five-drivers-of-happiness-at-work/
http://www.forbes.com/sites/stevecooper/2012/07/30/make-more-money-by-making-your-employees-happy/#7435759e7223
http://www.growthengineering.co.uk/why-happiness-at-work-is-important/
http://www.bhengagement.com/report/employee-happiness-study/

 

GoodNews #7 - Le bien-être une question fondamentale

De nombreuses entreprises commencent par améliorer l’ergonomie de l’espace de travail pour favoriser le bien-être de leurs employés. On sait aujourd’hui que la position assise de manière prolongée demande des efforts spécifiques à l’organisme, avec des conséquences néfastes : perturbation des fonctions métaboliques et baisse des défenses immunitaires. Après toute une journée passée assis, même l’exercice physique ne permet pas d’inverser la tendance.

Les aménagements de bureau les plus judicieux sont ceux qui offrent tout un éventail de choix, tout en assurant un maintien ergonomique.

Se sentir bien au travail

Gallup a découvert que plus de deux tiers des employés à travers le monde se contentent d’attendre la fin de la journée de travail. Ils sont de plus en plus heureux à mesure que l’heure du départ approche. De plus le manque d’implication est l’un des principaux éléments précurseurs de la dépression.

Les facteurs de stress quotidiens peuvent provoquer des émotions négatives chez les individus, en les obligeant à être constamment aux aguets. Et cet état de lutte ou de fuite a pour conséquence des taux de cortisol et d’autres hormones du stress, qui finissent par épuiser et endommager l’organisme, et affecter l’équilibre psychologique.


Les émotions : moteur de motivation

Le ressenti des individus a un impact significatif sur leur santé et leur travail. “Nous sommes des organismes en constante évolution, qui ont besoin d’être continuellement réparés. Lorsque nous nous trouvons dans un état d’esprit négatif, nous ne pouvons pas réparer nos cellules. Les émotions négatives font partie de la vie, mais elles ne doivent pas se prolonger trop longtemps, ni prendre le pas sur les émotions positives. Lorsque les gens sont dans un environnement qui favorise les émotions positives, ils peuvent être pleinement productifs, collaboratifs et créatifs” d’après Beatriz Arantes de chez Steelcase.
 

Le travail créatif :
 

Les bureaux sont passés d’espaces principalement axés sur des tâches routinières à des espaces destinés à des tâches créatives, ce qui a des conséquences majeures en matière de bien-être.

Le travail créatif consiste à communiquer avec les autres, à être ouvert à de nouvelles idées, à prendre des risques et à faire de nouvelles expériences. Pour créer un terrain favorable au travail créatif, l’environnement doit être positif et accueillant. L’espace de travail est plus important que jamais et il doit être plus polyvalent que par le passé.

Votre environnement de travail est-il mauvais pour votre bien-être ?

Les plus grandes entreprises peuvent avoir une influence considérable sur le bien-être de leurs employés, ou au contraire l’entraver, en portant toute leur attention sur l’espace physique. Avec quelques efforts, on peut faire en sorte que les gens quittent le bureau avec autant d’énergie (voire plus !) qu’à leur arrivée.

En quelques chiffres, d'après une étude de Steelcase : 


Intimité
95 % affirment avoir besoin d’un lieu calme et discret pour les conversations confidentielles.
40 % ne disposent pas de ce type d’espace.

Concentration
Selon 95 % des participants, il est important de pouvoir disposer d’espaces privés et calmes pour les tâches nécessitant de la concentration.
41% affirment ne pas avoir accès à ce type d’espace.

Respecter les exigences élémentaires
50 % des employés affirment ne pas bénéficier d’une vue agréable.
40 % se plaignent de ne pas avoir accès à la lumière naturelle.
Plus de 30 % disent respirer un air de mauvaise qualité.
37 % d’employés perdent jusqu’à 30 minutes par jour pour des raisons d’inconfort physique.

Répit
91 % des individus affirment avoir besoin d’espaces informels pour recharger leurs batteries.
Plus de la moitié (51 %) indiquent ne disposer d’aucun lieu de ce type dans leur environnement de travail.

 

GoodNews #6 - Le bien-être au travail


De nombreuses entreprises l’ont bien compris, le bien-être au travail contribue largement à augmenter la productivité et la créativité des employés.

 

En donnant la priorité au bien-être, beaucoup d’entreprises cherchent à déterminer si elles progressent vers leurs objectifs. Elles observent également les autres entreprises, autant par souci de comparaison que pour s’inspirer de leurs méthodes.

 

“Les gens qui sont plus heureux au travail sont plus productifs, ils sont plus impliqués, plus créatifs, plus concentrés” d’après Nic Marks, statisticien connu pour son travail sur le “Happy planet index” qui est le premier index mesurant  l’empreinte écologique, l’espérance de vie et le degré de bien-être des populations.


“La chose la plus importante que les dirigeants puissent faire est d’envoyer un message très clair à leurs employés, en leur disant qu’ils se préoccupent du bien-être global de chacun.”
En tant que stratégie d’entreprise, les efforts en matière de bien-être sont particulièrement visibles dans les environnements professionnels qui ont été spécifiquement conçus pour optimiser cet état. Pour commencer, on peut placer le bien-être dans le contexte de l’entreprise.

Qu’est ce que le bien-être ?

 

Le bien-être au sein de l’espace de travail n’est plus circonscrit par son sens archaïque de simple ergonomie, à savoir le réglage d’un siège selon la taille des personnes, un clavier bien positionné, etc. Le travail est aujourd’hui plus mobile et axé sur la collaboration et nous contraints à être actifs quasiment en permanence. Des chercheurs de Steelcase ont défini le bien-être comme la préservation d’un esprit sain dans un corps sain, dans un environnement social et matériel favorable. Ce serait cette vision du bien-être qui contribuerait à la réussite d’une entreprise.

Aucun employé d’ING à Bruxelles ne dispose d’un poste de travail qui lui est personnellement attribué. Les salariés peuvent choisir de travailler dans une diversité d’espaces, selon le type de tâche qu’ils doivent effectuer.
Grâce à des chercheurs comme Tom Rath et Jim Harter de Gallup, les dirigeants apprennent comment cette vision holistique du bien-être contribue à la réussite de leur entreprise. Ils ont mesuré la différence entre une vie épanouissante (facteurs de bien-être totalement concrétisés) et une vie de souffrance (les scores les plus faibles en matière de bien-être), ainsi que leur impact sur le résultat de l’entreprise.
 

 

Dans une étude récente réalisée par Steelcase et CoreNet Global, au moins deux tiers des sondés travaillant dans diverses industries ont affirmé que leur entreprise leur proposait des informations, ainsi qu’un encadrement et/ou des services concernant : l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les exercices physiques, la gestion du stress, la nutrition et l’ergonomie. De nombreuses entreprises incitent leurs employés à utiliser ces programmes, via notamment des cadeaux, des polices d’assurance moins coûteuses, des congés et d’autres mesures avantageuses.
« La chose la plus importante que les dirigeants puissent faire est d’envoyer un message très clair à leurs employés, en leur disant qu’ils se préoccupent du bien-être global de chacun et qu’ils souhaitent contribuer à optimiser ce sentiment sur le long terme », affirme T. Rath. De plus en plus de dirigeants prennent en compte l’influence considérable de l’espace de travail sur le bien-être des employés. Ils ont conscience que l’environnement peut profiter à la fois aux individus et à l’entreprise.

Dans le bâtiment Quadrangle de Toronto, en Ontario, tous les employés travaillent dans un open space et ont accès à la lumière naturelle. Divers espaces clos (petits et larges) sont disponibles pour les équipes qui souhaitent se réunir ou pour les employés qui ont besoin d’un espace plus intime pour travailler seuls.
 

 

Plus de choix d’espace de travail

En proposant différent espaces de travail, mélangeant zones ouverte et fermées, espaces individuels et collaboratifs, l’accès à la lumière naturelle… Tout ces paramètres qui contribuent à offrir le choix aux employés de leur espace de travail en fonction des différentes taches.

Cela a pour conséquence d’abaisser le niveau de stress et d’élever le niveau d’énergie des individus, en renforçant leur sentiment de proximité avec les autres. Et les recherches confortent cette approche.
Dans le cadre d’une étude réalisée par l’université d’Ohio, les chercheurs ont analysé les niveaux de stress d’employés de bureau divisés en deux groupes : certains, sélectionnés au hasard, devaient travailler dans un vieux bâtiment, bas de plafond, avec une climatisation bruyante, tandis que les autres étaient accueillis dans un espace récemment rénové en open space et pourvu de Velux. Sur une période de 17 mois, les gens travaillant dans le vieux bâtiment ont manifesté davantage de stress, même lorsqu’ils ne travaillaient pas. Cette différence était suffisante pour provoquer un risque de maladie cardiovasculaire.

Une nouvelle notion d’intimité au travail


Il n’est pas question d’enfermer les gens dans des “boites” mais plutôt des espaces avec des sièges confortables individuels favorisant la concentration, des espaces partagés de détente et des salles destinées aux groupes. C’est une stratégie qui encourage la collaboration, et incite également à l’échange entre individus qui est un facteur important de bien-être.

Une étude mondiale réalisée par Gallup montre que six heures d’interactions sociales chaque jour accroissent le bien-être et diminuent le niveau de stress.
Et par exemple le nouvel environnement de travail de Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals, dans le Connecticut, comprend des postes de travail composés de Benchs, des zones intégrant des sièges confortables, des espaces de détente, des espaces favorisant la concentration et des salles destinées à de grandes équipes. Tous ces éléments favorisent la collaboration, condition essentielle, et les échanges entre individus.
 

L’intimité est un élément important pour les coup de téléphones personnels ou discussions confidentielles et grâce à une diversité d’espace proposé les employés peuvent choisir un lieu en fonction de leurs tâches.

Une architecture inspirée des campus universitaire

Les employés du nouveau siège de Repsol, à Madrid, bénéficient des quatre bâtiments de la société pétrolière et gazière qui entourent une cour centrale, destinée au travail individuel ou en groupe, aux repas, à la relaxation et à la réflexion.
Selon l’architecte Rafael de La-Hoz, il s’agit d’un « concept de siège social horizontal » qui existait avant les campus universitaires. Leur histoire s’étend « des familles de l’Antiquité, propriétaires de cours romaines aux cloîtres médiévaux. Les gens préfèrent marcher plutôt que de monter des escaliers. C’est bien plus agréable de se promener dans un jardin que de prendre les marches ». Les espaces verts occupent un tiers de la surface totale du siège.
La structure métallique et les façades vitrées des bâtiments de quatre étages créent de la lumière et des environnements de travail spacieux. « Nous avons besoin de cette luminosité, car elle est synonyme de bonheur et de vitalité », explique R. de La-Hoz.
 

Environ la moitié des espaces de travail de Repsol est en open space (le mobilier est limité en hauteur à 1,2 m) et située près des façades. Les employés peuvent apprécier la vue sur l’extérieur et profiter de l’abondance de lumière naturelle. Les bureaux et les salles de conférences fermés sont davantage disposés au centre de chaque étage. Les espaces informels et les couloirs composent environ un quart des espaces intérieurs, avec notamment deux cafétérias, des zones de conférences ouver tes et un espace de collaboration media:scape®. Repsol a étendu sa stratégie d’espace ouvert à la notion d’accessibilité : on peut aisément effectuer un tour complet des bâtiments, sans traverser une seule porte.
Cet environnement de travail a été conçu « pour rassembler les individus », explique R. de La-Hoz. Il offre de la variété à la fois en termes de postures et de stimulations sensorielles. Il contribue au bien-être physique, intellectuel et psychologique des employés.
Le nouveau campus du siège de Repsol, à Madrid, est équipé d’une cour centrale où les employés peuvent travailler, prendre leur repas, se détendre et réfléchir.


Avantages de miser sur le bien-être :


Dans quelle mesure un espace de travail axé sur le bien-être contribue-t-il aux performances de l’entreprise ? Les dirigeants des entreprises illustrées dans ce numéro sont convaincus que l’espace de travail a un impact positif sur leur structure.
Dans la première enquête générale de Repsol, menée moins de quatre mois après le déménagement, le nouvel environnement de travail recevait une note de 7,6 sur 10. Chez BIPI, une enquête réalisée six mois après l’emménagement dans les nouveaux locaux a révélé une augmentation de productivité de 15 à 20 %. « Il est difficile de mesurer la productivité, mais nous pouvons évaluer la productivité perçue, qui se traduit par le sentiment des utilisateurs d’accomplir davantage dans le même laps de temps », affirme Michael Carneglia, directeur associé, responsable des services immobiliers et d’ingénierie.

« Le fait de montrer nos nouveaux locaux à nos nouvelles recrues et de les informer de nos méthodes de travail nous permet de franchir le dernier obstacle avant de les convaincre de venir travailler pour nous », affirme R. De Colfmaker d’ING.
Les architectes de Quadrangle ont réalisé une enquête six mois après l’installation du personnel, et les résultats ont été positifs pour la majorité des employés. Par exemple, 83 % sont satisfaits du nouvel espace de travail et selon 95 % d’entre eux, il leur permet d’être productifs et de prendre des décisions éclairées. « Nous avons constaté une forte augmentation de productivité, depuis que nous avons emménagé », affirme Susan Ruptash, directrice. Indiscutablement, les employés qui ressentent un mieux-être sont plus productifs et créatifs. Ils sont moins stressés, génèrent moins de dépenses en assurance maladie et communiquent davantage avec leurs collègues et l’entreprise. La seule question est de savoir combien cela coûte à une entreprise de ne pas se soucier du bien-être de ses employés.
Les nouveaux bâtiments d’ING intègrent une bibliothèque où les gens peuvent trouver un endroit calme pour travailler, ainsi que des salles de réunions dans l’open space, où ils peuvent échanger et collaborer.

 


La Chine : révolution du bien-être

En Chine, de grandes entreprises ont mis en place tous les jours une vraie pause déjeuner de deux heures que les employés pendant lesquelles les employés déjeunent, se reposent, font la sieste, lisent…
« La question du bien-être est très actuelle ici, en raison des problèmes de pollution atmosphérique et d’embouteillage, entre autres. Les gens sont parfaitement conscients de l’environnement dans lequel ils vivent et du niveau de qualité de l’espace qu’ils occupent. Les jeunes actifs choisissent de quitter les mégalopoles pour les villes plus petites, qui offrent une meilleure qualité de vie. Les entreprises utilisent donc des stratégies de bien-être pour attirer les employés et les fidéliser », d’après Wenli Wang chercheuse au sein de Steelcase WorkSpace Futures en Chine. La sieste de l’après-midi est une tradition en Espagne et en Amérique latine, « mais pas comme en Chine, où c’est véritablement une institution dans l’espace de travail », affirme-t-elle.

Elle a observé les pratiques de nombreuses entreprises chinoises et a constaté que les multinationales ont tendance à suivre le style de travail du pays d’origine du groupe. Chez Lenovo, géant du PC, les employés du siège à Pékin peuvent entendre une musique toutes les trois heures, pour leur rappeler de se lever et se dégourdir les jambes. Souvent, les petites entreprises invitent tout le personnel à sortir pour faire quelques exercices, afin d’accroître leur bien-être et de booster leur moral.
 

Au siège de Tencent à Shenzhen, on utilise les vents dominants pour aérer les atria et une façade en verre a été installée pour baigner de lumière naturelle tout l’intérieur du bâtiment. Des terrains de baskets et des piscines ont également été construits pour les employés. Le marché des professionnels du savoir est très tendu, selon W. Wang. « Nous manquons d’ingénieurs, de concepteurs de produits, de professionnels de la finance et d’autres experts dans différents domaines, qui sont capables d’innover. Les entreprises exploitent le bien-être comme un avantage pour les recruter et les fidéliser. »

 

GoodNews #5 - 8 Astuces pour rester en bonne santé au travail !

Vous n'êtes pas sans savoir que rester assis sur une chaise devant un ordinateur toute la journée au travail n'est pas ce qu'il y a de mieux pour votre santé.

Aujourd'hui nous vous proposons donc quelques astuces pour rester en bonne santé au travail : 

GoodNews #4 - Pourquoi méditer au travail ?

 

Ce lundi, votre GoodNews vous présente les bienfaits de la méditation au travail... 

Mais tout d’abord, tentons un effort de définition : qu’est-ce, au juste, que la méditation ? Ou plutôt, qu’est-ce que n’est PAS la méditation ?

La méditation n’est PAS la recherche d’un état d’engourdissement béat ! Elle n’est pas ça, compris ? Si vous pensiez méditer en glandouillant allongé sur un tapis les yeux fermés, c’est raté : reprenez depuis le début ! Les moines bouddhiques auraient même un fort joli mot pour qualifier votre (in)activité et vous convaincre d’y renoncer – mot à la hauteur du ridicule dans lequel on vous imagine bien, en étoile de mer, la bouche ouverte : « faire la vache » …  Ainsi, dans le cas où vous envisagiez d’unir vos forces aux nôtres pour révolutionner le bien-être en entreprise, en suggérant à votre employeur de « faire la vache », on préfère directement vous dire qu’on se passera de vous !!

La méditation, donc, a plutôt pour objectif de nous faire atteindre un état de pleine lucidité, de pleine présence à soi et au monde. Elle est dite de « pleine conscience », ou « mindfulness ». C’est un exercice mental d’attention, d’hyper lucidité, pour une hyper revitalisation et une hyper envie de passer à l’action…C’est hyper compris ?

 

Autre interrogation digne d’être traitée : d’où c’est que ça vient ?

Née quelque part et quelques siècles avant J-C, la méditation est une pratique multiséculaire qui se retrouve dans un tas de spiritualités diverses et variées : du bouddhisme zen - qui en serait à l’origine (quoique personne n’était là pour vérifier) au soufisme, en passant par l’hindouisme et le christianisme, elle a été largement répandue, adaptée, et transformée à travers les siècles et le monde. Elle fut toutefois délaissée quelques temps, et ce n’est qu’au milieu du XXème siècle, en Occident, grâce à son exportation en Californie (toujours elle…) qu’on la redécouvrit. Sa greffe dans les milieux de la contre-culture et de la Beat Generation (toujours les artistes… D’ailleurs, l’enthousiasme de John Lennon et de Yoko Ono pour la méditation - et le cannabis - est resté célèbre !), à la fin des années 1950, lui permit en effet d’obtenir le succès qu’on lui connaît aujourd’hui !

L’orientalisation des sagesses occidentales se développe depuis, et avec elle les recherches scientifiques qui tentent de démontrer les bénéfices de la méditation sur nos âmes…

Et voici donc venu, après le point culture, le point scientifique … – parce qu’on est curieux et éclectique, et surtout parce qu’on veut vraiment savoir si « la science le prouve » !

Mais soyez rassurés, chers lecteurs, car « la science le prouve » bel et bien : les avantages de la méditation de pleine conscience ont été avérés dans une étude de l’université du Wisconsin, menée par un certain Antoine Lutz (on le dit pour la forme, mais on ne sait pas qui c’est…). On vous passe les détails trop scientifiques parce qu’on n’y connaît pas grand chose, mais retenez que la méditation accroit la capacité attentionnelle, et diminue l’anxiété… En très résumé, l’activité de l’aire cérébrale liée à l’anxiété (l’amygdale cérébrale ; on vous donne le nom parce qu’il n’est pas trop barbare, une fois n’est pas coutume…) diminue fortement avec la pratique de la méditation ; tandis que l’activité de l’aire liée à l’attention (le cortex visuel et le préfrontal dorsolatéral…pardon…) augmente. « Baisse de la tension artérielle, régulation de la production d’adrénaline et de cortisone, cette régulation émotionnelle par le cerveau est l’un des effets les plus bénéfiques de la méditation » nous dit M. Lutz. (Pour davantage de détails, on vous renvoie au super article[1] de L’Obs - Méditation, les pouvoirs de l’Esprit (Hors Série, juillet-août 2015).)

Voilà, eh bien la messe est dite, non ? Parce qu’une fois présentés tous ces bénéfices, la suite de notre argumentaire sur l’importance de méditer au travail coule franchement de source ; on n’aurait presque pas besoin d’aller plus loin…

 

Mais soyons corrects : on est là pour ça ; répondons au moins au titre : Pourquoi méditer en entreprise ?

On vous prévient tout de suite qu’on ne traitera pas la question du « comment méditer en entreprise », pour vous épargner des détails d’une pertinence douteuse tels que « On peut même faire des photocopies en conscience, remarque T. C, coach de dirigeants, et mettre dans chaque geste (soulever le capot de la machine, placer les feuilles...) la totalité de sa conscience ! » Voilà, voilà… Donc, non : nous ne serons pas les apologistes de la méditation de photocopieuse.

Plutôt que comment, donc, pourquoi ?

En voilà une question idiote dont la réponse est évidente ! Pourquoi, au juste, vous brossez-vous les dents au bureau ? (Si toutefois vous vous brossez les dents au bureau… Si vous ne le faites pas encore, ressortez vite les études scientifiques du Second Empire !). Vous êtes d’accord que l’on répondrait à cette question par des trucs scientifiques convaincants sur l’hygiène bucco-dentaire… Eh bien faisons pareil, maintenant qu’on s’est farci ce petit laïus scientifique : « Parce que c’est important pour notre hygiène amygdalo-préfontalo-cérébral ! » Elémentaire, mon cher Watson !

 

Soyons sérieux une minute, et vous aurez peut-être l’impression d’avoir appris quelque chose ! Les bienfaits de la méditation au bureau sont avérés, nombreux, et réellement importants pour votre hygiène de vie…

Le bureau (= exigence, pression, fatigue) est le lieu de toutes les émotions et, bien souvent, le lieu de la contrariété et de l’anxiété. Dans ce contexte, il est essentiel de savoir réagir pour ne pas se laisser submerger, car ces états d’âme sont de mauvais guides dans la prise de décision, dans la conduite d’un projet, et même dans la réalisation de tâches plus banales.

La méditation sera l’un des moyens les plus efficaces pour apprendre à agir contre (ou malgré) toute émotion négative. Le travail de respiration notamment, fondement de la méditation, aura pour vertu de rasséréner : en agissant sur votre corps (par la respiration), vous serez en mesure d’agir sur votre esprit, car une émotion est une agitation physique, un mouvement du corps qui réagit à un stimulus agréable ou désagréable.

Ensuite, dans le cadre d’une pratique régulière, la méditation vous donnera l’occasion, trop rare à notre époque, de vous observer, de vous écouter, et, par voie de conséquence, de vous connaître. Or - vous n’ignorez pas cet adage - « savoir, c’est pouvoir » : la connaissance de soi et de ses émotions mène à la maitrise de soi.

Finalement, par la maitrise du corps et des émotions, la méditation vous apprendra à ajuster, en toutes circonstances, vos décisions et vos actions à la réalité.

Quant au gain d’attention, il vous permettra de mieux orienter votre concentration, de prioriser vos tâches et, finalement, d’être plus performant(e). Fort(e) d’une information plus pertinente, acquise avec plus de discernement et retenue avec une plus grande précision, il vous sera plus facile (ou moins difficile...) de prendre des décisions stratégiques dans un environnement complexe.

D’un point de vue collectif, enfin, la méditation de pleine conscience, dite bienveillante, en accroissant l’attention portée à votre environnement et à votre entourage, sera bénéfique à l’harmonie de votre équipe, de votre open-space, et de votre entreprise. Plus empathique, vous serez plus à-mêmes d’écouter les autres et de les comprendre, de communiquer avec eux, et de les motiver. En d’autres termes, vous serez plus à-mêmes de manager vos collaborateurs, malgré le stress. Ces derniers n’en seront que plus heureux, et bienveillants en retour.

Et finalement, quoi de mieux pour terminer sa séance de méditation qu’une petite dégustation autour d’un good corner avec des collaborateurs heureux et bienveillants ? Partager des encas sains, bios et gourmands en toute convivialité, ce sera l’assurance de garder l’esprit léger de la méditation le plus longtemps possible…

 

[1] Les vertus neurologiques de la méditation, Claire Aubé

GoodNews #3 - La pause saine et gourmande au travail ? Elle s’impose !

On le sait depuis longtemps : la pause au travail est un temps de repos essentiel au bien-être des salariés. Elle est d’ailleurs inscrite, à ce titre, dans le Code du travail qui impose aux employeurs d’accorder un minimum de 20 minutes pour 6h travaillées. Si la plupart des entreprises l’ont accepté et n’hésitent pas à offrir plus de temps libre à leurs salariés, rares sont encore celles qui investissent ce temps de pause pour en faire un moment véritablement régénérateur ! La pause revêt ainsi des formes bien différentes d’une personne à l’autre, selon l’envie du moment : qui la pause café, qui la pause cigarette, qui la pause lecture du journal... Mais quid de la pause saine et gourmande autour d’un good corner ?  Voici quelques raisons qui vous donneront envie de vous mettre aux encas sains dès demain…

shutterstock_3292954-1024x662.jpg

La pause saine et gourmande autour d’un good corner a d’abord comme intérêt principal d’être – attention, scoop – une pause ! Evident ? Pas si sûr ! Contrairement à ce que l’on peut croire, une « pause » devant le dernier trailer de Star Wars 7 (aussi fou soit-il) n’a, en fait, rien de revitalisant. La fatigue liée à l’écran étant directement proportionnelle au temps passé devant celui-ci, resté scotché à l’écran en continu provoquerait une fatigue visuelle importante, et d’autant plus importante devant ledit trailer que l’œil recevra, en le visionnant, jusqu’à 40 images par seconde. Aussi le fait de se lever pour aller chercher son encas sain au corner constituera-t-il déjà un bienfait en soi.

Mais il en va de même pour la pause café, nous direz-vous ! Et non seulement c’est vrai,  mais ce n’est, en plus, pas le seul argument comparable : la convivialité autour du good corner que nous nous apprêtions à vous servir comme pierre angulaire de notre argumentaire se retrouve aussi du côté de la machine café ! Cette dernière jouit en plus d’une belle réputation médiatique et d’une funitude à nulle autre pareille – à quand une Caméra Corner avec Bruno Solo et Yvan Le Bolloc’h ?!

Mais la pause saine et gourmande a plus que la pause café. Elle a plus, car elle ne la remplace pas : elle y est associée, elle y ajoute une touche saine et nutritive, elle lui apporte couleurs et variété ; bref elle la transcende ! Ainsi, aux cotés du café noir du Guatemala ou du thé rouge Marco Polo, certains grignoteront une barre de céréales et quelques fruits secs soigneusement choisis. Qu’ils les dégustent le matin au petit déjeuner – c’est le repas le plus important de la journée, d’après de nombreux nutritionnistes – ou au goûter – car un petit en-cas fruité ou chocolaté à 17h pulse la sérotonine, le neurotransmetteur du bien-être, et calme les fringales – peu importe : il est crucial pour la santé et la concentration de pouvoir se restaurer à tout moment ! Certains assurent d’ailleurs que pour garder une énergie constante tout au long de la journée (et garder la ligne !), il faudrait pouvoir manger toutes les trois heures ! A bon entendeur…

C’est ainsi que nous désignons (en toute objectivité !) la pause saine et gourmande autour d’un corner « grande gagnante des pauses au travail ». Elle offre en effet, et tout à la fois, la possibilité de se déconnecter de son ordinateur, de se détendre, de reprendre des forces sainement, et de partager avec ses collègues un moment de convivialité. Notre conseil: placez votre Good Corner dans un endroit cosy où il fait bon rester quelques minutes, et encouragez vos salariés à prendre des pauses d’un quart d’heure environ toutes les deux heures. Votre productivité globale n’en sera que plus grande ! Vous en doutez ? Découvrez alors les résultats éclairants d’une étude qu’a menée une entreprise lettone sur la productivité de ses salariés, et qui préconisent un ratio « repos/travail » de 17 minutes de pause pour 52 minutes de travail : http://www.slate.fr/story/92221/52-minutes-de-travail-17-minutes-de-pause

Voici un schéma synthétisant notre benchmark des pauses au travail :

GoodNews #2 - Boostez vos journées avec les encas Good4u !

Nous apprécions grandement les snacks Good4u : 'Super Seed' pour leur originalité gustative et leurs qualités nutritionnelles.  

L'histoire Good4U a commencé en 2004 sur les germes d'une grande idée ! Bernie et sa fille Michelle, une diététiste et nutritionniste certifiée, ont découvert le phénomène de germination des 'Super Choux' contenant un mélange spécial de brocoli, trèfle, luzerne et pousses.

Avec Laura et Michelle (les filles Les Bernie), de nouvelles idées ont commencé à prendre racine et peu de temps après, de nouvelles mélanges de germes de luzerne et de lentilles ont été ajoutés à la gamme. Leur vision est devenue encore plus grande quand ils ont introduit la gamme Good4U de graines grillées !

Avec une gamme impressionnante de produits, Good4U n'avait plus qu'à les servir sur tables des gens! Ils ont réussi à être distribués dans de nombreux magasins à travers le Royaume-Uni et l'Irlande, y compris Tesco et Sainsbury. Et peu de temps après les récompenses culinaires ont également germé !

Toute la production est amoureusement cultivée sur deux sites en Irlande du Nord et Sligo par une équipe de 32 employés dévoués. 

La gamme continue de croître avec l'ajout d'une nouvelle gamme de collations saines, les 'Super Seed' parfaite pour les déplacements ! La communauté Good4U continue de croître : les semences et Snacks se déplacent en France et aux Emirats Arabes Unis.

Good4U est une entreprise innovante, fournissant des produits de haute qualité avec une réelle intégrité et des bienfaits prouvés sur la santé. 


GoodNews #1 - Découvrez les barres Broderick's !

Cette semaine, découvrez les produits des frères Broderick. Leurs barres chocolatées sont tout simplement irrésistibles !!

L'aventure de cette entreprise familiale a commencé avec Ina Broderick en 1983 à Dublin, chez elle, dans sa cuisine. Aidée de ses fils Barry et Bernard les "dear sons" qui pendant leurs vacances cuisinaient les gâteaux préparés par leur "Mum", avant de devenir les chevilles ouvrières de l'entreprise naissante. Tous les ingrédients utilisés, exclusivement naturels, sont choisis avec soin, tout en restant attachés aux recettes traditionnelles.

 

Avec The Good Corner, vous pouvez déguster les délicieuses barres chocolatées des frères Broderick !

Mais avant, nous vous proposons un retour chronologique sur cette success story irlandaise qui débarque en France :

Il y a 1,5 million d’années –
Dans sa grotte, un homme de Néandertal regarde son fils froncer les sourcils à l’idée de manger du mammouth surgelé pour le cinquième jour d’affilée. Si seulement il y avait une autre option, plus chaude et plus savoureuse…

Sans titre4.png

Il y a 700 ans –
Un jeune paysan fixe des yeux un sac de farine : une idée lui vient. Et si nous nous en servions pour préparer de délicieux gâteaux avec les meilleurs ingrédients des quatre coins de l’Irlande et du monde entier ? Malheureusement, il meurt deux jours plus tard de la peste.

19XX –
Bébé Barry et bébé Bernard sont assis à table et mangent des biscuits secs et ennuyeux. Pendant un instant, ils se regardent droit dans les yeux. Le regard de Bernard se met à pétiller de gourmandise. Barry acquiesce convaincu. Une idée est née.

1983 –
Ina Broderick commence à vendre les cheesecakes traditionnels qu’elle prépare chez elle à Dublin à des salons de thé et épiceries fines du coin. Ses quatre garçons grandissent entourés de gâteaux et acquièrent très tôt un sens aigu du commerce. Dès qu’ils atteignent l’âge de tenir un rouleau à pâtisserie, ils se voient confier la mission d’écraser les biscuits pour le fond du cheesecake (marrant), de couper les fraises pour le décor (moins drôle) et de faire la vaisselle (beurk !).

Sans titre2.png
Sans titre6.png

1993 –
Ayant attrapé le virus de la pâtisserie, Barry Broderick, à peine sorti de l’université, rejoint sa mère chez Ina’s Kitchen Desserts.  

1997 –
L’entreprise se développe constamment et décroche des marchés avec des hôtels, restaurants et même la compagnie aérienne Aer Lingus, auxquels elle fournit de succulents gâteaux.

2002 –
Après avoir passé des années à travailler le week-end, à faire des livraisons et à se servir des gâteaux pour séduire les filles, Bernard obtient un poste à temps plein au sein de l’entreprise. Il part du principe que rien n’était fait correctement avant son arrivée.

2009 –
Barry et Bernard préparent le lancement d’une nouvelle marque appelée « Broderick’s », avec pour objectif de proposer un produit haut de gamme fait maison à un large public et à un prix abordable (rien à voir avec l’envie de devenir célèbres, sincèrement !).

2012 –
Broderick’s est approvisionne en barres de gâteaux faites maison des athlètes du village olympique à l’occasion des JO de Londres – un moment de grande fierté pour les deux frères amateurs de sport. 

2013 –
Fort de son succès en Irlande, Broderick’s lance de nouveaux produits, à l’image des délicates bouchées « Mini-Bites ». Les marchés d’exportation explosent également.

2014 –
Un accord conclu avec Aer Lingus aide la marque à s’envoler, au sens propre du terme, initiant des partenariats avec Virgin Atlantic, Delta Airlines, Emirates, Ryanair, CityJet et FinnAir. La demande à l’export continue d’augmenter, en particulier au Moyen-Orient et en Asie. À ce jour, Barry et Bernard ont vendu plus de 10 millions de leurs délicieuses confiseries, et les barres Broderick’s sont à présent distribuées dans 23 pays.

2547 –
Broderick’s construit sa station spatiale Caramental et touche une nouvelle population  en dehors du système solaire. Nos territoires s’étendent à présent de la Terre jusqu’aux colonies de la Lune et de Mars, avec pour ambition d’exporter des produits à base de brownie surgelé dans les lunes extérieures de Jupiter. 

Awesome « Mini Bite », so delicious !!